Jump to content

OlivierG

Donateur
  • Content Count

    708
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

OlivierG last won the day on January 12

OlivierG had the most liked content!

Community Reputation

897

1 Follower

About OlivierG

  • Birthday 1970-07-24

Profile Information

  • Genre
    Male
  • Ville
    Gatineau

Converted

  • Moto
    CRF1000LARG
    KTM350exc
    KTM250xcw

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. OlivierG

    Abonnement Spot à 150$cad.

    Bingo! En passant, le mini est vraiment mini. Ma main, mon mini:
  2. OlivierG

    Photos De Votre Crf1000

    C'est pas la mienne mais J'aime bien!
  3. OlivierG

    Abonnement Spot à 150$cad.

    Pour un appareil un peu moins dispendieux que le InReach explorer +, il y a aussi le Garmin InReach Mini, lequel est dispo pour 405$ chez Latulippe.com. Tuyau: Canadian tire fera un price match. Que ce soit les Garmin InReach ou le Spot X, le plus important pour moi est d'avoir la communication bidirectionnelle en cas d'urgence.
  4. OlivierG

    AMA Supercross 2019

    Nope. La chaine NBC sports non dispo au Canada. Idem pour l'app mobile. J'ai tenté de télécharger leur app et ca me dit ".... not available in your country...". NBC: No Broadcast in Canada !
  5. OlivierG

    AMA Supercross 2019

    La saison 2019 ne sera pas diffusée sur Fox sportsnetwork. Le réseau NBC sports est le nouveau diffuseur, mais il n'est pas dispo au Canada.... &*%$#^ Je suis trop gratteux pour payer 130$ (us?) pour la webdiffusion en direct (supercrosslive.tv). Des suggestions? Ca promet avec le retour de Roczen. Bien content aussi de voir que Chad Reed n'abandonne pas et qu'il est bien suppprté avec JGR Suzuki. J'aimerais que Roczen gagne mais je pense que le Tomac sera en feu cette saison.
  6. Pour vos Tool tub, considérez un capuchon comme celui-ci pour une construction plus facile et un look plus clean. J'aime bien l'avertissement estampée pour les 1090/1190 qui me suivent... ( ... et en plus c'est un Oatey. Comme dans " Oatey vous de dlà! " )
  7. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    Montage photos plutôt plate maintenant dispo C'est plus le fun à vivre qu'à regarder!...
  8. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    Montage photos. J'aurais aimé davantage de photos d'actions... Faudra y retourner !
  9. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    Ooups! Les apprentissages… Ma blonde a décidé d’acheter un « Go Girl »…. LOL, POUAHAAAHHH, Je dirais simplement que … c’est drôle à se pisser dessus!!!!! Je ne peux en dire plus mais je ris encore. La prochaine fois, nous apporterons moins de vêtements, sauf si madame apporte à nouveau le Go Girl… LOL LOL. Désolé mon amour. Nous avons apporté le filtre à eau reçu en cadeau… Totalement inutile. Tel que mentionné précédemment, j’aurais dû vérifié que toutes les sections du tracé MABDR soient téléchargées sur mon GPS. J’avais laissé les pads de freins supplémentaires à la maison…. Les concessionnaires moto sont rares sur le parcours... Les concessionnaires honda sont très très rares sur le parcours, les shops qui vendent des pads de frein pour AT sont simplement inexistantes! J’ai dû les commander en ligne et les faire livrer au chalet à Wells MA. Note : En mode 2up avec remorque, j’utilisais davantage le frein arrière pour éviter que la moto plonge vers l’avant et pour rendre la ride plus agréable pour ma blonde. Le frein arrière s’use donc beaucoup plus rapidement.
  10. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    La moto / L’équipement pour ce voyage Africa Twin 2016 manuelle Les points forts: Le moteur : Du torque en masse. Très linéaire. Parfait pour les montées abruptes. Même en mode 2up chargé avec une remorque, il faut faire une méchante gaffe pour étouffer ce moteur. Un vrai tracteur. Nice. La suspension : Avec le preload au max en arrière, l’affaire était Ketchup. Aucune plainte. Au contraire. Le siège ajustable en hauteur. Pendant un long voyage, ca fait du bien de changer de position à l’occasion. Les points faibles : La fonction antipatinage qui se remet en niveau maximum à chaque remise en marche par la clé. Si j’oubliais de désactiver ou de l’ajuster après avoir tourné la clé, cette fonction pouvait tuer complètement le momentum nécessaire dans les montées hors route. Anoying like hell! Heureusement, il est possible de désactiver l’antipatinage en mouvement (il faut toutefois relâcher l’accélérateur) Le pare prise non ajustable : J’aurais voulu l’élever pendant les jours de pluie. J’ai depuis acheté le kit Batzen. Problème résolu. Le guidon trop bas en position debout : Problème résolu avec des rehausseurs SW-Motech. Remorque Sherpax (www.kipmoto.com) Fantastique, superbe! Ca vaut chaque cenne (1000$US). Quel bonheur de trimbaler tout le nécessaire de camping dans un coffre de 90litres dispo chez Canadian pifpaf. Avantage imprévu : Le poids de la remorque s’appuie sur un essieu inséré dans l’essieu de la roue arrière : La traction est superbe en hors route. Le Sherpax nous a permis de mettre tout le tralala léger dans les valises latérales et de garder le top case pratiquement vide. Avec un centre de gravité bas, la conduite était facile dans toutes les situations, même en mode 2up. Pour plus de sécurité, j’ai ajouté une bande lumineuse avec lumière de frein et clignotants (Merci @grigri101 pour les conseils. J’ai dû faire un entretien après 4 000KM car il commencait avoir du lousse dans les joints par manque de graisse. Il faut dire que nous avons roulé sous la pluie longtemps. Avertissement! Tirer une remorque Sherpax est comme prendre une marche avec un Golden Retriever : Tout le monde veux te parler (ou t’en parler!) Valises Nanuk 940 : Solution pas chère (150$ par valise). Parfaitement étanches. 35 litres, résistent aux impacts mineurs. Truc : Classer le linge dans des Travel Light Packing Cub). Dispo chez mec.ca. Truc : utiliser un élastique bungee pour retenir le couvercle en position ouverte Sacs : Deux Drybag Sw-Motech 80 (8 litres) sur les crash bars : Principalement pour transporter le stock qu’on ne veut pas utiliser : Tubes 18 et 21, outils, trousse 1er soins. Drybag Sw-Motech 350 (35litres): Pour le linge sale/mouillé, la tente…. Tank bag : Wolfman enduro 6 litres: Juste ok pour les barres grano, le push push à lunette, les carte MABDR, le cellulaire et le powerbank connecté à la prise 12v. Tool Tube : J’ai fabriqué puis installé un tube de 4’’ en arrière du porte bagage gauche. J’y insérais une grand bâche qui s’est avérée très utile pendant les jours de pluie. Truc : entourer des élastiques Bungee de grandeurs variées autour de l’autre porte bagage latéral. AirHawk2 : Ces coussins retardent les douleurs aux foufounes. Ce n’est pas une solution idéale. Ca prend quelques essais avant de trouver la bonne pression d’air. 6 sur 10. Outils : Bien content d’avoir bien garni mon sac à outils et d’avoir suivi les conseils des experts ici : Par exemple, @Gitan a recommandé sur ce forum d’apporter un bout de scie à fer. Guess what : ceci m’a été utile pour bricoler mon guide chaine de style motocross feni! Pendant le périple, j’ai utilisé beaucoup d’outils pour changer les plaquettes de freins, réparer les connecteurs des lumières de remorques, changer un relais des lumières auxiliaires, réparer ma visière de casque, etc. Bluetooth SENA: J’ai remplacé mon SENA 10S par un SENA 5 FM simplement pour avoir la radio. La qualité sonore est identique. Parfait pour ceux qui ont seulement besoin de parler à la passagère. (Pas idéal pour les communications en groupe). Pneus : Kenda big block en avant, Mitas E07+ en arrière. Ce sont des pneus OK sans plus pour la portion MABDR. Évidemment moins bons pour le retour principalement asphalté. Les deux pneus étaient finis à l’os au retour à la maison. Le Kenda Big Block use particulièrement mal après 3000km (un peu comme le Motoz Tractionator). Ces pneus 50/50 ont été nécessaires dans les sections 9 et 8 car il y avait beaucoup de boue en surface dans les sentiers forestiers. Tente : MSR Elixir 3. Dispendieuse mais top qualité. Matelas de sol : Nemo 30 XL : Dispendieux mais tellement confortable et compact. Bien dormir n’a pas de prix! XL pour extra large. Bon OK, je suis princesse!
  11. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    Jour 6: Lost River State Park à Covington, Virginia (Section 3) La gang de squatteurs se réveille tôt. Mais il pleut encore des cordes. Pffff. On bouge pas d’icitte… Café et rôties sur le brûleur. Quel délice. Pendant que Louis de Funaise et Yann font brailler ma blonde de rire, je refais les connections électriques entre la moto et la remorque. Vive les bâches pour travailler au sec. Aille, il y a un bébé ours à 200 m de moi. Pas vu la maman, il file dans la montagne. Pfiou… Nous décollons vers 10h30. La routine s’installe : Montagne, fermes, petits villages, switchbacks. Il pleut encore : On couche à l’hôtel mais on trouve rien d’abordable à proximité. On saute sur l’autoroute, j’ai des boutons qui poussent… et nous prenons la sortie pour Covington. Dominic et moi arrêtons dans le stationnement d’un motel minable et nous nous dirigeons à la réception. LOL. En franchissant la porte, nous sommes accueillis par … un gros moniteur 42’’ où on y voit une chaise et un bureau en plongée. Cossé ça!?!? Nous sommes filmés car on voit nos faces en mortaise. Trop drôle. Soudainement, une gentille et jolie préposée apparaît à l’écran et elle nous parle. Hein! Elle est où? Nous finissons par comprendre qu’elle gère l’accueil de trois hôtels à distance. Elle nous trouve des chambres dans un autre hôtel non loin. Asti que j’haïs ça les hôtels, mais pas le choix ce soir. Nous sommes au sec et nous pouvons enfin faire une brassée de lavage. Je fais de l’anxiété de savoir que la moto est dans le stationnement loin de notre chambre. Il y a beaucoup de monde bizarre ici. Pas le choix. Jour 7: Covington à Ungry Mother State Park, Marion, West Virginia. (Section 2) Après un gros déjeuner, nous reprenons le sentier de guerre. Devinez quoi : IL PLEUT ENCORE DES CORDES. Pas grave, on pousse et on roule dans les montagnes, longtemps. La vue doit être belle, mais on voit rien au loin. Les sentiers étaient littéralement des ruisseaux. Rendu en bas de la montagne sur une section de transition, nous décidons de by-passer la Tub Run car on craind qu’il y aura des washout et des arbres de couchés. Fait pas beau pantoute! Vers midi, nous arrêtons à la fin de la section 2 après avoir franchi la superbe Jefferson National Forest. Dominique et Yann en ont ras-le-bol de la pluie et ils décident de se trouver un hôtel immédiatement. C’est donc à la fin de la section 2 que nos parcours se séparent. Ce fût un rencontre et un périple teeeellllement agréable. Merci Dominique et Yann. J’espère rouler avec vous encore. Vous êtes des personnes vraies, authentiques. Dans la pluie et les vents agressifs, IronButt en moi poussons. Après quelques KM sur une route de transition, on bifurque dans les montagnes. Oh oh! Un arbre vient de tomber et il bloque toute la voie. Pfff. Marie-Josée débarque, nous cassons des branches et je saute la partie la moins haute. Y’en a pas de problème. Les autos et camions arrivent et ils restent immobiles… Large sourire dans mon cassse. Nous avons faim et je dois faire le plein. Nous arrêtons à un magasin général minus qui sert de restaurant et de bar. La jeune propriétaire nous prépare de succulents sandwichs et nous prenons place à la seule table dans le magasin/bar/restaurant. Jim (un autre!) environ 70 ans, est également à la table et il sirotte une tite-frête. La routine commence, « Where you from? … From Canada!!!! What do you think of our president?.... ‘’ Comme un bon fonctionnaire, j’évite la question en répondant simplement « Its interesting… ». Il avoue rapidement être un démocrate. Son accent du sud est tellement prononcé que ma blonde ne comprend rien. Elle me fait des gros yeux pour me dire de ne pas la quitter. Elle se contente de faire Ya, HuHum… je réponds aux questions. LOL. Un autre client entre dans la place et Jim change soudainement de sujet… Shhhh. C’est un méchant républicain corrompu... J’adore ce voyage J Le soleil fini par sortir et nous avançons bien sur le tracé de la section 1. En forêt, le fond est solide mais ca glisse. Ca commence à être redondant. J’arrête pour étudier la carte imprimé et le GPS. AH bin câline…. Nous sommes à quelques KM de la route « Back of Dragon ». Nous quittons la 625 à l’intersection de la 614 pour faire la magnifique route 16 jusqu’à Marion, WV. Une autre route parfaitement asphaltée, super sinueuse en montagne. Nous arrêtons pour la journée au Ungry Mother State Park : Super propre, spacieux, deck en bois pour mettre la tente, plage, sentiers pédestres, épicerie à quelques km. Je recommande fortement. Notre campement est à côté d’un groupe de 16 personnes d’une même famille. Prière avant le repas, ils jouaient aux cartes, le grand père racontait des histoires autour du feu. Pas de cellulaire. Simplicité volontaire. Ca respirait le bonheur et la civilité. Nice. Jour 8: Marion, WV à Damascus WV (FIN de la MABDR) à Hot Springs, Tennessie. Après avoir mangé à Damascus, fin de la MABDR. Nous décidons de se diriger vers Deals Gap pour faire la mythique Tail of Dragon. Tout le monde en parle, faut bin y aller! Pour s’y rendre, j’opte pour rouler sur la route 11w sur 300KM. Non non non. Grosse gaffe. Plate plate plate… Après 100 km en ligne droite, j’arrête sur le bord de la route au milieu de nulle part, j’arrête et nous étudions la carte routière que Dominic m’a prêtée. Je prends une décision : Fuck la Tail of Dragon! Je ne ferai pas un autre 200km d’autoroute dans une chaleur suffocante pour franchir des courbes sur du terrain plat sur seulement 17 km. La MABDR, la Howards Lick Rd et la Back of Dragon ont suffi. De plus, j’avais en mémoire le commentaire de @Tonneau qui qualifiait la Tail of Dragon de «overrated». Merci Alain . Je quitte donc l’infiniment plate route 11w et nous prenons les agréables routes secondaires en direction de Hot Springs, TN, une petite localité de touristes qui conduisent tous des Subaru et magasinent seulement chez MEC, Sail ou Atmosphere! Genre. Nous établissons notre tente au camping Hot Springs. Je ne le recommande pas car c’est surtout pour les roulottes. Il y a 4 ou 5 terrains pour les tentes en bordure de rivière. Jour 9 : Hot Spring, TN à Maggie Valley (TN) (DÉBUT de la BlueRidge Pkwy)à Julian Price State Park, Caroline du Nord, (Blowing Rock, Blue Ridge Mile Post 297) La journée s’annonce belle. Beau soleil, pas trop chaud. Nous empruntons la route 209 vers le sud. Wow. Ca fait changement de la 11w. Rendu à Maggie Valley, nous arrêtons à un resto où il y a beaucoup de motos et de monde à l’extérieur. J’entre à l’intérieur, c’est full de monde et je comprends pourquoi : les assiettes à déjeuner sont gigantesques! Je ressors pour faire la file et jaser avec les locaux. Comme d’habitude, le gens nous abordent en voyant l’immatriculation du Qwebec sur la remorque. Je vous le dis, j’ai l’impression de promener un Golder retriever! Nous sommes des vedettes ;) Angel, un colosse de 6.2’’ avec veste de cuir, des tatous et des grosses bagues sur chaque doigt nous approche et pose beaucoup de questions. En jasant, on mentionne que nous faisons la file simplement pour 2 cafés et prendre une pose avant d’embarquer sur la BlueRidge. Il nous quitte et il revient subitopresto avec 2 gros cafés. « Here you go my friend. Its on me! ». Je vous le dis, nous avons rencontré AUCUN MORON durant ce voyage. Quelques minutes plus tard, nous embarquons sur la mythique Blue Ridge Parkway en direction Nord. Étonnamment, il a très peu de circulation. Lorsqu’il en a, les gens sont très civilisés et ils respectent les limites de vitesse... J’attends les courtes lignes droites pour dépasser sagement et doucement les caravaniers et les matantes en Toyota Camry grise ou beige. Au début du parcours, nous arrêtons aux points d’observations (les lookouts). Mais après quelques dizaines de km, on passe tout droit sans ralentir. C’est beau et contemplatif pendant 2.5 jours. Nous couchons au Julian Price State Park (Blowing Rock, Caroline du Nord). Mile Post 297) : C’est OK sans plus. Jour 10 : Le lendemain est une répétition de la veille : Campement à Bedford, VA, Mile Post 85. Peaks of Otter State Park: Propre, tranquille, mais pas de douche. C’est OK mais on passera pour la prochaine fois. Jour 11 à 16: À la fin de la BlueRidge/Syline, nous improvisons un parcours jusque dans le Maine en activant la fonction, Avoid Higways, Shortest Routes. Le GPS nous a fait traversé Harrisburg. Construction, détour, chaleur intense. C’est la seule fois que j’aurais voulu un Africa Twin DCT. C’est aussi à ce moment que j’ai décidé de m’acheter un manteau plus léger et mieux ventilé. Mon manteau BMW est de superbe qualité mais il est chaud et pesant. Je suffoquais et j’ai presque eu un coup de chaleur dans ce foutu traffic. Notre pire journée. Entre Front Royal (fin de la BlueRidge/Syline) et Wells Maine, nous avons donc visité Brunswick, MD, le champ de bataille de Gettysburg NY et Williamstown Massachussetts. Nous sommes restés deux jours à Wiliamstown car le camping du State Park a une belle plage, des beaux sentiers. Williamstown est un vieux village universitaire. Ça me faisait penser à Woodstock et Cambridge (Université Harvard). Bons restos, belles boutiques. Bref, changement de rythme.
  12. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    On décolle de Cedar Run pour commencer la section 8. Très beau tracé en forêt Tiaga qui longe des ruisseaux. On croise des fermes à perte de vue et des habitants Amish. Cooool. La fatigue commence à ce faire sentir et nous trouvons un State Park à Jersey Shore. Ouin… il y a AUCUN campeur sur le site. Biz! So what et tant mieux, nous installons notre tente sur le bord d’un gros ruisseau. Pendant que Marie-Josée commence le souper, je m’installe avec ma bière illégale pour prévoir la journée de demain. Marie-Josée me parle mais j’entends rien… Je capote, j’ai chaud…. Cibole, tabar… câl… Pas capable de loader les trâcés pour les sections 7, 6, 5, 4 3, 2, 1. Heureusement, je sors mon GPS de poche. WTF!!! … même affaire. $%?&*(). Impossible de continuer sans GPS…. Je dis à IronButt que je pars trouver quelqu’un qui pourra me prêter son ordi pour downloader le tracer. Impossible d’utiliser mon Blackberry et le iPhone de ma douce. Après quelques KM, je vois une résidence avec un moto. Yesss! Un chum m’aidera. Zut!... aucune réponse à la porte. Je continue et je vois une résidence avec un groupe qui fait le party sur le bord d’une piscine. J’approche et ils me regardent bizarrement sur mon bécike venu de la plantète mars. J’explique ma situation et demande si je peux utiliser leur ordinateur. No dice… Ils n’ont pas l’internet dans ce coin là! Ils m’invitent pour souper mais j’explique que ma blonde prépare le souper au camping. Ils insistent et remplissent mes valises de bois pour le feu. Je retourne bredouille au camping en me disant que je trouverai un ordi au village à 30km plus loin. Une fois rendu au camping, on commence le souper. Jim et Jim arrivent avec leur pickup et d’autres bois pour le feu! Bazwell que le monde est gentil. On parle de politique, de tout et de rien autour du feu. Jim#1 nous dit qu’il a fait du skidoo à Mount Sainte-Mary (Mont Ste-Marie en Outaouais). On se couche en riant encore. Ravensburg State Park : Petit parc, dans une forêt dense et humide sur le bord de la route secondaire. Toilettes et douches propres mais les terrains sont négligés. Je n’y retournerais pas. On a très bien dormi quand même… Jour 3 : Jersey Shore à Lewistown, Pennsylvanie (Quality Inn) (Section 7) La journée commence avec un défi: Télécharger le tracé MABDR sur mon GPS Zumo 660. Pour une raison que j’ignore encore, j’avais installé seulement les sections 9-8 au moment de télécharger la plus récente version du tracé avant le départ. Maudit tata! La belle sœur de Jim, propriétaire du restaurant où nous déjeunons n’est pas au rebdez vous fixé par Jim et on ne peut pas utiliser l’ordi du resto. Je décide d’aller prendre une marche et tenter de connecter avec quelqu’un tôt le matin. No luck. Retour au plan B : Utiliser un ordinateur dans la bibliothèque publique pour télécharger le fichier. À l’extérieur de la bibliothèque, je fais la basse mine à en attendant qu’une employée débarre la porte. Ca marche! Je m’attire la sympathie de la responsable. Plus tard, elle me donnera accès à son ordinateur dans son bureau car il est débarré on peut y télécharger des fichiers. Quel soulagement. Nous pouvons continuer. Ca m’a fait plaisir de contribuer à la levée de fonds de cette biblio. Wow. Une autre personne super serviable. Nous sommes donc bien chanceux. Il est déjà 10h30 et nous sommes à 30 km en arrière de notre point de départ. Relaxe Oli, nous sommes en vacances. T’a bien raison ma chouchoune. On repart le sourire dans face, les 2 GPS loadés de toutes les tracks. OUFFF! Je respire un peu mieux. On roule dans la section 7. Forêt de résineux, de feuillus, beaucoup de switch back, nice. Les bords de sentiers sont tapissés de mousse verte. Comment font-ils pour entretenir tous ce réseau. Comprends pas… La Section « Paddy Poe » inclut un montée de roches niveau 2 qui a été très très le fun pour moi à monter en mode 2 up avec la remorque. Enfin un vrai défi. Après avoir passé sous un arbre tombé, Marie-Josée et moi avons monté la côte debout car ca brasse trop assis. Une chance que nous avions pratiqué cette méthode lors de la RidaGuidget. Rendu dans la forêt non loin du Greenwood Furnace State Park, la pluie s’est mise de la partie. C’était le déluge. Rendu à une intersection, le route forestière était barrée sur notre parcours. Heureusement, il y a avait de travailleurs qui installaient des affiches pour indiquer le détour. Ils nous ont dit que le chemin était infranchissable en moto. Oh well.. Sans leur demander, ils offrent de nous guider jusqu’à l’extérieur du parc. Heureusement, car il y a 12,000,000 d’intersections dans ce parc. Une grosse heure plus tard où on roule 30km/hr nous sortons du parc. Après les salutations d’usage, nous décidons de coucher à l’hôtel Quality Inn à Lewistown. Vive Google pour trouver de l’hébergement. Nous sommes gelés, on se réchauffe en dessous des couvertes pendant que le séchoir à cheveux assèche les gants, les bottes… En se couchant, on parle de la journée et on se rappelle d’avoir vu une sandale qui se trouvait au milieu d’un sentier dans la forêt. Weird. On rigole encore Jour 4: Lewistown à GreenBrier State Park, Boonsboro, Maryland (Sections 7 et 6) On décolle de l’hôtel à 7h40, nous finissons la section 7 et on se dirige au point de départ de la section 6. Arrêté à un feu rouge, je reconnais une valeureuse VStrom 650 rouge-vin à la station d’essence de l’autre côté de l’intersection. « Ben oui toé!... C’est Dominique! Tsé, Iridetheworld de Ridaventure. Nous avons roulé ensemble à la Classique. » J’arrête, j’enlève mon casque. Gros éclats de rire. Les 1er bécikes d’aventure qu’on voit, des québécois d’expression française d’amérique. Des francos canadiens! Dom est accompagné de Yann « pas de ick » Rodier. Un sympathique et comique infirmier qui roule en GS1200. On décolle à trois motos sans s’obliger à rester ensemble. Parfait! La section 6 ressemble à la section 7 : Forêts en montagnes, fermes, champs de vaches et chevaux, maisons ancestrales… Dans les routes de gravier en montagne, Dominic se plaind que son aile avant accroche. Pas de trouble, on sort les outils, il enlève les highway pegs. Bonne idée! On redécolle. Le brouillard est soudainement très épais. Ca doit être beau dans cette forêt! On ne voit rien mais bon, on continue! On s’amuse dans les switchbacks. On prend le lunch dans un resto sympatique où on ne sert pas de bière et où il est impossible de faire des factures séparées. On s’habitue aux innombrables drapeaux américains et drapeaux avec photo des soldats morts au combat. Ils sont fiers pas à peu près nos voisins. Les locaux nous regardent bizarrement car on parle une langue bizarre et nous sommes habillés comme des martiens. On rigole en masse. Vers 17h on arrête au Greebrier State Park. Le préposé à la guérite offrait un service impeccable mais il parlait comme un robot. Nos questions le déstabilisaient et il reprenait son script à chaque fois. Weird. Nous réalisons qu’il est probablement autiste. Ouf. L’humilité et la patience s’installent en nous... Sorry buddy. Good job. Après avoir installé nos tentes sur des terrains différents, Dominic et Yann nous rejoignent pour prendre une autre bière illégale* et pour souper. Dominic ressemble à Louis de Funaise, sauf qu’il est plus drôle que lui! * « illégale »? Pcq l’alcool est interdite dans tous les State Park… Pendant le souper, Yann nous demande : Aille! Vous auriez pas vu une sandale comme celle-là. POUAHHAHAHAH! Il nous explique que ce sont des scandales Birkenstock (!?) dispendieuses… Nous avons fait une cérémonie d’adieu et brulé l’autre sandale. Too much! Greenbrier State Park : Très propre. Beaucoup d’espace. Je recommande. Jour 5: Boonsboro à Moorefield (West Virginia) / Lost River State Park (Sections 5 et 4) Bof… Beaucoup trop d’asphalte à mon goût à travers Small Town USA. Y’a-t-il des afro-américains aux USA? J’en ai pas vu un seul noir depuis Lewistown PA! Ouin, je les comprends étant donné les nombreux drapeaux du General Lee qui flottent. Speak White ici. Rendu à la frontière entre le Maryland et la Pennylvanie, nous décidons de suivre le tracé long (en jaune sur la carte) car cela nous permettra de visiter la belle et très petite ville de Harper’s Ferry (ca ressemble au vieux Québec). Nous visitons ensuite le champ de bataille Antietam. La prochaine fois, j’opterai pour le by-pass au Nord. Après avoir roulé lontemps sur la route 9, le parcours nous mène enfin sur une route de gravier, mais 2 km plus loin, le ruisseau qu’on voit sur le vidéo est maintenant une rivière. %?&*(. On retourne sur la 9 et nos GPS nous ramènent éventuellement dans les montagnes sublimes. Enfin de l’ombre car il fait chaud en Ta! Il a des portions où même les pick-up ne passeraient pas. Encore des switchback à la tonne. Je retrouve le sourir. Et c’est comme ca jusqu’à Moorefield, Maryland où les boys et girls font l’épicerie pendant que je trouve tous ce que j’ai de besoin dans un gros Advance Auto Parts. Quel bonheur! Il est tard, il faut trouver un camping car il fait beau. Hummm. Rien à proximité. On en trouve un à 55km : Vite! Direction Big Ridge Campground. Pour s’y rendre, on doit traverser une chaine de montagne en empruntant la fabuleuse, la sublime Howards Lick Road. Certaines courbes sont tellement prononcées et abruptes qu’on se demande comment ils ont pu étendre l’asphalte! Interdit aux remorques et aux camions! Mon coup de cœur totalement imprévue de la journée. Rendu au Big Ridge Campground, il commence à pleuvoir (encore) et c’est la déception totale : C’est un stationnement de roulottes pour ceux qui font de l’équitation. Shnout, on a faim, on commence à être moins patient, il pleut en calvasse, le State Park non loin est fermé… ca va pas ben pantoute! En rebroussant chemin sous la grosse pluie, nous apercevons un chalet qui semble ouvert et vide. Vite! On cache les motos derrière le chalet, on arrête là pour au moins planifier la suite. Une fois installé à l’intérieur, nous fermons les battants de fenêtre et la décision fût rapide et unanime : On mange et on couche icitte! Nous partirons tôt demain matin avant de se faire pogner. Nous avons mangé comme des rois et une reine. Il y avait même du bois dans le foyer. Osti qu’on a ri. Vive la vie. Une autre journée mémorable. Pendant cette pause, Dominique et Yann nous ont raconté leur PÉRIPÉCIES vécues avant qu’on se rencontre. J’espère que @Iridetheworld racontera ca ici. Je vous le dit, ça vaut 100 piastres!
  13. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    LE RÉCIT Jour 1, 28 juillet 2018 : Gatineau à Watkins Glen State Park, NY – 440KM C’est un départ. Enfin! Comme d’habitude, je programme le GPS en mode « Avoid Highways, Shortest Routes ». Rendu au sud de l’aéroport d’Ottawa, le parcours nous fait découvrir des belles routes de gravier et nous longeons ensuite le fleuve sur l’autoroute des Mille-Îles. Ca nous rappelle l’agréable RidaGuidget de juin dernier. Rendu aux douanes, il y a environ 45 minutes d’attentes et je me positionne derrière deux autres motocyclistes sur leurs très bruyantes Harley. Il fait chaud en Ta et le soleil nous fait souffrir. Les intimidants pilotes de Harley interpellent les contrôleurs car les tatous s’effacent a vu d’œil sous le soleil. Les contrôleurs (intimidés?) nous font faire de l’inter file jusqu’aux guérites. Yesss. Ça part bien. Soudainement j’aime les Harley bruyantes straight pipe! Rendu aux States, j’active la radio. Ben voyons donc! Viva Jesus, Viva Trump, Fuck Hillary, Fuck FreeTrade. Ouin… j’ai hâte de voir l’accueil qu’on réservera au French canadians voleurs de jobs! Pause diner dans un parc à Dexter NY. Voici la prison municipale : ( Nous continuons notre chemin en espérant se rendre proche de Lawrenceville, PA, le point de départ de la MABDR mais décidons d’arrêter à Watkins Glen NY 55km au nord. Nous réservons un terrain de camping au Watkins Glens State Park. Ce park demeure notre coup de cœur car il y a de magnifiques sentiers pédestres dans les gorges. Dans le camping un couple d’américains vient nous parler car ils remarquent l’immatriculation du Qwébec! Rapidement, ils nous souhaitent la bienvenue et nous disent qu’ils adorent faire du ski-doo à Sainte-Donut! (??? Ah! Saint-Donat! lol). En nous quittant, ils nous offrent leur bénédiction. Ma blonde et moi avons bien ri. Jour 2 : Watkins Glen à Lawrenceville, PA (DÉBUT de la MABDR) à Ravensburg State Park, Jersey Shore, Pennsylvanie. 270KM Sections 9 et 8. À Lawrenceville, la MABDR commence sur des chemins de gravier valonneux, des belles fermes, des maisons historiques. Wow. Ca commence bien. Ca nous rappelle beaucoup des grandes sections de la Puppy Dog. Dans les montagnes, on franchi des portions où il y a eu du déboisement et il y a des travaux pour l’exploration de gaz de schiste... Le terrain est très glissant et je dois rouler prudemment pour garder la confiance de Marie-Josée. J’aimerais tellement être en mode drift sur ma 350exc. Bref, on fait moins de milage que prévu et on prend un pause au point d’observation du park Colton Point. Hummm…. Aucune autre moto, aucun tourix rencontré jusqu’à ce point. Mais où sont les MABDRistes? Nous continuons le parcours en forêt jusqu’à la fin de la Cedar Run où nous prenons une pause dîner au magnifique magasin général « antique ». On nous remet un menu de plusieurs pages et sans le regarder je commande un Hamburger : « Sorry, we don’t serve hamburgers ». Il fallait choisir l’une de leurs nombreuses sandwichs maison. Vive le dépaysement. Avec une bonne crème à glace en main, nous parlons avec une famille de 12 enfants et avec on homme amoureux de son chien. Il avait d’ailleurs franchi plusieurs états avec le chien dans sa remorque. C’est donc ben cool ces rencontres.
  14. OlivierG

    MABDR et + , Août 2018

    Avertissements : Ce RR est long… je l’écris comme aide mémoire pour la prochaine longue ride qui risque d’être dans seulement deux ans. J’espère qu'il puisseêtre utile aux autres trippeux. Il est divisé en plusieurs sections : Post 1 : Qui sommes-nous? Concept du voyage, Mes impressions sur l’ensemble du tracé MABDR. Post 2 – 3 – 4 : Le récit avec quelques photos Post 5 : Notes concernant la moto et l’équipement Post 6 : Les apprentissages Poste 7: montage photo (à venir) 1. INTRODUCTION 1.1 Qui sommes-nous : Moi : OlivierG, 25 ans d’expérience hors route, 3 ans avec des grosses inconscientes. J’aime rouler vite dans le bois. Je souffre d’une allergie sévère aux autoroutes! La Copilote : Marie-Josée (IronButt!) : Épouse extraordinaire, athlète. Elle ne veut rien savoir de piloter une moto (grrrr) mais adore m’accompagner lors de longues randonnées d’une journée ou deux. Nous avons fait La Classique, la Puppy Dog et la RidaGuidget. Nous n’avons aucune expérience pour les voyages moto camping plus longs. Comme co-pilote, ma douce a eu plusieurs mandats : Préparer un cahier de notes concernant les nombreux campings sur le tracé de la MABDR et de la Blue Ridge; acheter et préparer l’équipement de camping nécessaire chez MEC/Sail; prendre des photos pendant le voyage, préparer le campement et surtout, faire des Peace!, des Allos! et des Yo à tous les motocyclistes! Marie-Josée a mérité le titre honorifique d’IronButt car elle a une endurance et une patience incroyable. Honnêtement, je m’épuisais plus rapidement qu’elle. J’ai beaucoup apprécié qu’elle puisse également rouler debout dans les sections plus sportives. Nous avons fait une belle équipe. Nous recommencerons. 1.2 Le Concept : Rouler en mode 2up. Pas d’accompagnateur prévu; Éviter les autoroutes et les grandes villes Rouler 300 km ou + par jour; Parcours prévu : MABDR + Tail of Dragon + Blue Ridge/Skyline. Improvisation de Front Royal (Virginie) jusqu’à Wells (Ogunquit) dans le Maine où nos enfants nous attendent dans un chalet en bord de mer. Hébergement : Aucune réservation à l’avance. On planifie les dodos en milieu d’après-midi en utilisant le carnet d’IronButt et les sites web des parcs nationaux. Nous sommes d’accord pour coucher à l’hôtel s’il pleut en fin de journée car il est désagréable de faire le set-up camping sous la pluie; Restaurants : Le moins souvent possible. (Je voyage souvent par affaire … j’ai une écoeurantite aigüe des hôtels et des restaurants…); En cas de pluie, on roule quand même. (Bien content d’avoir établi ceci à l’avance car il a plu en ti-pépère!); Nous avions aussi convenu avant le départ que les grands silences seraient acceptables : C’était bien OK si madame écoute la musique alors que je découvre la culture américaine en écoutant la radio (Oh lord! Jesus, praise Lord Trump… passons). 1.3 Mes impressions sur l’ensemble tracé MABDR: Le vidéo promotionnel donne l’impression qu’il a beaucoup d’asphalte. Il y en a en beaucoup effectivement, mais le vidéo sous-représente les longues sections en montagne qui comprennent beaucoup de switchbacks avec de très belles vues. Toutes les sections nous font découvrir des petits villages très sympathiques. Essence : Aucune crainte à avoir si vous faites le plein à chaque village. J’ai une autonomie de +/- 330km sur mon AT, la lumière de réserve ne s’est jamais allumée. Nous avons croisé pratiquement personne sur les parcours en montagne. Il faut être très bien préparé pour les imprévus : Balise satellite, outils et expérience mécanique obligatoire. Il n’est pas rare de rouler plusieurs heures sans croiser des humains ( Washington et Jefferson National Park particulièrement); Nous avons vu des ours et beaucoup des chevreuils; Parcours très facile pour ceux qui ont une expérience enduro. Je dirais que c’est comme La Classique. Niveau 0-1 surtout. Niveau 2 à l’occasion. Rien qui ne force la passagère à débarquer. (Note : Nous n’avons pas fait les sections « Experts » puisque je roulais en mode 2 up, chargé avec une remorque); Si vous avez fait la Puppy Dog trail, vous serez en terrain connu. Ajoutez de la distance, des switchbacks et des changements d’élévation. Nous avons parfois dévié du parcours car les routes ou sentiers étaient fermés à cause de washouts. À chaque occasion, les déviations étaient aussi agréables. Pas besoin de s’entêter pour demeurer sur le parcours. J’ai aimé toutes les sections, sauf la partie nord de la section 4 car il y a une trop longue section de transition sur asphalte (la 9) Si vous faites le parcours du Nord au Sud (Section 9 à 1), l’effet wow diminue après la section 5. C’est toujours plaisant, mais ca peut devenir redondant. Je considère refaire le trajet des sections 9 à 5 aller-retour en mode rapido avec 2-3 autres pilotes de niveau avancé. Hint hint. Il est impossible de faire le tracé en se fiant uniquement à la carte imprimée. Il faut obligatoirement avoir un GPS grand écran et je suggère d’avoir un 2e gps de poche juste au cas… À suirrrre...
  15. Aucune égratignure. Films protecteurs transparents Suzuki sur chaque côté. Très légére depression sur le côté droit. À peine perceptible (voir dernière photo) Seulement 200$. Un bon investissement si vous avez un VStrom beige laid! Lol Je suis à Gatineau. Possibilité de livraison dans la région de St-Jerome pendant le temps des fêtes.
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.