Jump to content

Pas un autre ride report du Trans Lab!!!


4-temps
 Share

Recommended Posts

Après un raid plein de rebondissements, Geo a décidé d'aller se reposer en faisant la TLH. Il m'a amené. Désolé pour la platitude de ce message, mais tout va bien ; il fait froid, il vente et il pleut souvent mais on trippe à rouler . Que demander de mieux?

Ah oui il faut dire aussi que nos conjointes rident avec nous sur nos V-Strom ,elles adorent et ça ride très bien avec sa conjointe sur les routes de garnotte d'ici!

 

Attention un six pack coûte 12,89$ ici à Goose Bay

Link to comment
Share on other sites

SAlut 4-temps, d'avoir des nouvelles des ridaventuriers n'est jamais plate big_smile . Tes impressions peuvent être différentes mais jamais sans intérêts pour bien des lecteurs big_smile . Et qui sait, on peut peut-être t'aider à distance si un problème surgit :)

Bon voyage :)big_smile

Link to comment
Share on other sites

Sommes rendus à Port Hope Simpson après un départ ce matin de Goose Bay. Selon les calculs de Geo, nous aurions pu faire le trajet sans devoir utiliser l'essence de réserve apportée..mais on aurait fini sur des "rots de tank".

Assez curieux comme phénomène: la police fait du radar sur les routes asphaltées (donc autour des villes)et n'en fait pas sur les routes de garnotte, alors on roule plus vite sur le gravier que l'asphalte....ce qui est, on le sait bien, plus l'fun.

 

Détails techniques: la Wee-strom de Georges est chaussée en TKC 80 et ma Vee-Strom en Tourance 80/20, on se suit sans problème sur la TLH, ça doit être nos conjointes à l'arrière qui donnent de la bonne traction

 

Geo prépare un petit reportage photos

 

Comme nous avons déjà fait Terre-Neuve et les Maritimes , demain, à Blanc Sablon, nous mettons nos motos sur le Relais Nordik jusqu'à Natashquan d'où on reprend la route vers Québec

Link to comment
Share on other sites

Il nous manque quelques photos pour nous donner la piqûre...

Link to comment
Share on other sites

Parlant piqure ce n'est pas ça qui manque au Labrador

Truc donné par un rider rencontré à manic V: à l'arrêt/pause s'éloigner de la moto, paraît que sa chaleur attire les brulots et alors ça te laisse un gros 5 minutes de répit avant qu'ils ne découvrent que tu es là!

Geo a mis une photo du voyage TLH dans les "posts" du raid Caniapisco... ce gâteau a été fait spécialment pour nous par le boulanger de Port Hope-Simpson.

 

En revenant vers Québec, Geo a suggéré de faire les routes 62 et 17 de la réserve faunique des Laurentides en direction de l'Étape; pas facile à deux sur un V-Strom 1000 chaussée de Tourance...trop gonflés

Link to comment
Share on other sites

Pas un autre ride report Trans Lab!!!!

 

Depuis des années je roule en Kawasaki Concours. J’ai tout fait l’Amérique du Nord asphaltée avec mon ami Geo qui en me voyant tripper sur le ride report de Dakarelle m’a convaincu de vendre ma Concours et d’acheter un V-Strom.

 

Ce printemps ce fut fait.

 

Geo a voulu m’embarquer dans le raid Caniapiscau mais je suis un “bleu de la garnotte” comme le dit Transgarp, alors je me suis contenté de la TLH. D’autant plus que Madame 4-temps , qui a tout fait les voyages avec moi, ne voulait pas changer ses bonnes habitudes et je me voyais mal imposer mon inexpérience dans ce raid plein de risques ..à nous et à ses participants.

 

Donc muni d’un filtre à air K&N propre, des bougies iridium neuves et des Tourance sur la facture desquels on me propose d’y aller mollo pendant les 50 premiers K, nous sommes partis samedi le 9. Nous prévoyons camper en plus... alors les motos sont chargées!

 

THL+003.jpg

 

Route sans histoire jusqu’à Forestville, qui correspond à notre autonomie en essence (curieux: en route sans relief, la V-Strom 1000 consomme moins que la V-Strom 650)(Ajout de Geo : vrai pour les vitesses de 120 km/h et plus avec le vent dans le nez). On décide de planter les piquets au camping municipal de Forestville, situé sur la plage. 12$ pour 2 tentes sur le même site. Mais je crois que les brûlots avaient réservé avant nous et ne voulaient pas nous céder leur emplacement.

 

Nuit sous les étoiles et au réveil, des voisins attendaient notre lever pour nous offrir le café.

 

Une moto est un très bon élément déclencheur de conversation.

 

THL+016.jpg

 

Après une visite au Jardin des Glaciers à Baie Comeau (intéressant mais un peu trop cher), le fun des courbes de la 389 commence: destination Manic V. Dans notre hâte, on a oublié de prendre la traditionnelle photo du panneau jaune à l‘entrée de la 389 (on l’a prise au retour!).

 

Geo et moi, nous nous amusons à prendre les courbes en douceur et en vitesse. Geo est plus smooth que moi, mais ma 1000 (il a une 650) me permet de le rattraper au sortir de la courbe. Nos compagnes, habituées au manège, se plient (et se penchent) de bonne grâce à notre petit jeu. À un endroit, dans une courbe (asphaltée neuve de cet été) il y a un flat bed avec une grue reversés dans le fossé, cela nous incite à la prudence pour les... 5 courbes suivantes

 

Le flagman un peu plus loin nous dit que ça faisait une semaine que c’était arrivé. Ce flagman avait sur la tête son obligatoire casque orange tout picoté de points noirs; est-ce mon foie qui me joue des tours?

 

Non

 

Comme il enduit son casque régulièrement de Muskoil, les brûlots viennent y agoniser.

 

Pour rendre son séjour dans le bois plus intére$$ant il fait des “shift” de plus de 12 heures.

 

Nous sommes dans un pays de géants

 

À Manic, nous y soupons et dormons. Les motels ont été rénovés. En sirotant notre bière, deux riders pleins de poussière arrivent pour mettre de l’essence, on pique une tite jasette avec eux. L’un est de Shediac et roule une KLR, l’autre est de Hollande et roule une Ténéré qui a vu pas mal de garnotte dans sa vie. Comme ils veulent prendre la traverse de Forestville, il ont peu de temps à parler. Il serait trop long d’expliquer ici comment il se fait que deux gars d’endroits si éloignés roulent ensemble..par accident. Geo lors d’un mardi Tim va peut-être vous le dire.

 

Mais au moment du départ, le gars de la KLR s’aperçoit qu’il a une crevaison. Geo lui prête du savon pour faciliter la pose d’une chambre à air, et il leur prête aussi son petit compresseur (celui du garage de Manic V est en panne)

 

Ça ne gonfle rien, le pneu reste aussi plat qu’une crêpe. Démonte du pneu pour réaliser qu’en mettant sa chambre à air, le rider de Shediac , dans sa hâte ,l’a coincée avec ses fers et l’a déchirée.

 

Trop tard pour prendre le traversier, ils décident de s’acheter eux aussi un six pack. On bouleshitte toute la soirée.

 

THL+025.jpg

 

Manic V/Fermont

 

La garnotte apparaît pour la première fois sous mes Tourance et sous une moto que je roule. Par bonheur il a plu la veille et on n’a pas de poussière. Par contre un peu de poussière indique d’avance qu’un véhicule arrive en sens inverse; utile surtout si on a décidé de prendre une courbe à gauche à l’intérieur...à ne pas faire me dit Geo

 

Comme première expérience je suis nerveux. Mes mains sont serrées sur le guidon mais je garde les épaules relax (conseil de Geo) ou du moins j’essaye. Je roule lentement et apprend à lire le gravier et à choisir les bonnes lignes..en restant loin des bords de route: les photos des chutes faites au Raid Caniapiscau sont fraîches dans ma mémoire.

 

Puis la confiance augmente et la vitesse aussi. Le guidonnage cesse et les petits dérapages au lieu de me faire raidir de peur, me font monter une petite joie le long de la colonne et un Yes!!! dans le casque.

 

On prend une pause au Relais Gabriel, le ciel est menaçant. On reprend la route et on tombe sur de l’asphalte posée là on ne sait pourquoi. Les photos de Dakarelle et Guy ont bien illustré cette portion asphaltée en montagnes russes de la route. Ce petit répit de conditions de route me fait le plus grand bien; c’est stressant le gravier.

 

Un couple en vélo sur la 389

THL+029.jpg

 

Gagnon

THL+035.jpg

 

Puis Gagnon, sous un ciel bas , (qui finalement arrête de se retenir et décide de pleuvoir ) nous donne un bien mauvaise impression...de mort. J’en profite pour rouler sur le trottoir comme quelqu’un du forum l’a déjà suggéré.

 

Puis arrive la section où la route zigzague avec la voie ferré (après Fire Lake je crois) . Il pleut, il vente, le gravier est instable. Section stressante. Au premier passage à niveau, il y a un ARRÊT/ STOP que je passe machinalement sans arrêter, Geo me suit dans ma roue puis le son d’un klaxon de train suit immédiatement. 15 secondes plus tard et nous aurions été dans la colonne nécrologique du journal de Fermont. Ce qui est mêlant c’est qu’il y a des traverses à niveau avec clignotants et d’autres avec des STOP Il faut être attentif c’est tout! (j’ ai compté 10 traverses à niveau).

 

Le dernier bout asphalté (après le cratère de la mine) s’est fait à 120km/h, ça pressait d’arriver.

 

Nos réservations sont honorées et une bonne douche chaude est notre récompense.

 

Un bon souper et une visite du mur précèdent un dodo fort bienvenu. Nos fidèles V-Strom sont restées dehors à la pluie..on se sent un peu cheap, après tout, elles n’ont jamais hésité à rouler dans les pires conditions.

 

Le Mur

THL+047.jpg

 

THL+051.jpg

 

The truck

THL+060.jpg

 

THL+065.jpg

 

Anecdote: Paraît que quand la ville de Gagnon a été fermée, les zautorités ont eu le problème du cimetière, ils ont dû ramener les os dans les lieux d’origines des morts. On nous a dit qu’il n’y a pas de cimetière à Fermont.

 

 

Fermont/Churchill Falls

 

Le lendemain matin, après le plein et une petite goutte d’huile pour la chaîne, nous partons pour Churchill Falls . Mais pas avant de prendre la photo obligatoire à côté du gros camion Caterpillar.

 

Petite journée de 250 km environ.

 

Évidemment, arrêt pour session de photos à la pancarte bleue qui nous annonce que nous entrons au Labrador.

 

THL+066.jpg

 

NDLR:

Nous apprendrons plus tard, à Red Bay, qu’il est défendu d’entrer au Labrador avec plus de 24 bières en sa possession ou des quantités de vin ou alcool que j’ai oubliées . En moto ça ne nous concerne pas...

 

À Lab City, petite visite rapide: il y a un Wall Mart et un Tim avec un line-up de pick-up assez long. Les gens de Fermont vont faire leurs emplettes à Lab City , tellement que les marchants de Fermont font une grosse campagne de pub pour l’achat local.

 

Dans le parking du centre d’achats, on rencontre un ontarien sur une 990 KTM. Il va s’acheter des “long johns”, il est gelé.

 

Nous le quittons et roulons sans histoire. Les lecteurs assidus de ce forum connaissent les routes du Labrador alors j’évite les descriptions

 

Nous rencontrons un hérisson qui reste cool en notre présence et refuse de se tasser. Ça doit être pour cette raison que ses confrères, aussi chill que lui, font de belles taches sur la route. Une van de pitoune ça change moins vite de direction qu’une moto.

 

Il y a l’inévitable “grader” qui fait ses bouts de chemin et dont le conducteur nous salue. Il y a de temps en temps, au milieu de nulle part, une pépine qui refait les “calvettes”; elle est toujours précédée d’abord d’une annonce orange nous demandant de ralentir à 30 et ensuite par le flagman, souvent assis, qui attend notre arrivée pour se lever et tourner sa pancarte du côté jaune (slow) . Il est souvent habillé comme pour une ride de skidoo avec un filet à moustiques sur la tête. On le salue, il retourne le salut et se rassoit. Une autre bonne heure à attendre un autre véhicule!!! Une chance qu’ils sont payés à l’heure, pas à la job!

 

Churchill Falls est un ville pas belle du tout mais remplie de gens sympathiques. Le seul hôtel est dans la même bâtisse que l’école, l’épicerie et la bibliothèque (dans la biblio: wifi haute vitesse gratuit---tout comme à l’hôtel) Notre rider KTM ontarien vient nous rejoindre...il n’a pas trouvé de long johns à Lab City et trouve le temps froid.

 

Le rivière Churchill

THL+082.jpg

 

Churchill Falls/ Goose Bay

 

Gravier impeccable. On se surprend à faire des pointes à 110. Paysage tout aussi lunaire sauf lorsqu’on touche l’asphalte près de Goose Bay, la végétation de feuillus ressemble à ici.

 

Nous y avons réservé un chalet à 8 km de la ville. Propre , on peut s’y faire à manger et ,oh surprise! en plein bois! WIFI haute vitesse.

 

Spag et vin au menu. Notre ami ontarien arrive plus tard et est heureux de l’assiette de spag chaud que nous lui avons laissée. Il dort dans un tente en face du chalet.

 

THL+092.jpg

 

THL+093.jpg

 

Goose Bay/Port Hope Simpson

 

430 km de gravier sur cette portion neuve de la TLH. Geo a un réservoir d’essence supplémentaire de 8 litres. Il fait un beau soleil , la route et les paysages sont apaisants. Pas le goût de rouler vite. Même les 1000cc de la V-Strom ronronnent de bonheur. Évidemment à ce train, on va arriver l’hiver prochain.; on fait donc déplacer lentement l‘aiguille du speedo vers la droite.

 

Trajet sans histoire.

 

À un moment donné, nous roulons évidemment plus vite que les 70 recommandés quand en descendant une côte après une courbe, deux personnes au loin pointent des appareils en notre direction : shit! pas des tickets de vitesse en plein milieu de nulle part!!!

 

Nous ralentissons et comme nous nous rapprochons, nous réalisons que ce sont des touristes qui nous filmaient. Arrêt et salutations: ils sont unilingues allemands et nous expliquent qu’ils venaient de voir un ours traverser la route. L’allemand ça se comprend très bien par gestes et sourires

 

Au hasard de nos haltes pipi/ gatorade/sandwich/transfert d’essence, nous les croiserons régulièrement pendant toute cette étape. Nous avons cherché en vain un ministre du tourisme pour nous tenir la conversation quand nous faisions le plein mais faut croire que nous n’avons pas eu a chance de Dakarelle et Guy.

 

THL+097.jpg

 

THL+101.jpg

 

THL+100.jpg

 

Arrivés à Port Hope/Simpson nous faisons le plein dans ce qui me semble être le paradis du brûlot.

 

Nous rejoignons le B&B réservé . Petites bières calmantes et pour ces dames, vin blanc au menu, mais nous avions oublié l’heure terre-neuvienne par rapport à l’heure atlantique , de sorte que le “liquor store” est fermé depuis 30 minutes. (Nous apprendrons plus tard--trop tard, que comme il y a un seul employé, il ferme à 5:00 pour aller souper, mais rouvre à 6:00 heures)

 

Rencontre avec les gens de la place qui font des vies épiques: un père de famille avec ses 3 enfants et sa femme mange de la pizz et nous raconte qu’il travaille dans le nord de Schefferville 4 semaines, (il dort dans des tentes de prospecteurs), 12 heures par jour et revient chez lui 2 semaines.

 

Anecdote 1: nettoyer et huiler une chaîne avec un nuage de brûlots demande de la grande concentration; ,finalement on devient zen, et on éloigne machinalement les bestioles sans s‘enerver.

 

Anecdote 2: la forte saison des brûlots dans cette petite ville c’est de la fin juin au début septembre…exactement le temps des vacances scolaires...les mamans apprécient avoir leurs enfants dans la maison tout le temps!!!

 

Anecdote 3: en réservant le B&B en janvier, j’avais remarqué que le proprio faisait aussi des gâteaux et des pâtisseries. Je lui ai donc demandé de nous faire un gâteau avec le message TLH c’est fait!. Il m’avait dit à ce moment là de le lui rappeler le matin avant notre arrivée chez lui...ce que j’ai oublié de faire .

 

C’est donc après notre souper dans son restaurant en passant devant le frigo de gâteaux que j’ai vu NOTRE gâteau qui nous attendait..il n’avait pas oublié... lui!!

 

THL+119.jpg

 

THL+132.jpg

 

THL+134.jpg

 

Port Hope Simpson/ Red Bay

 

C’est le pire bout.

 

Trous impossibles à slalomer, graviers de différentes intensités, formes et profondeurs. Un vent de côté si fort qu’il a fait lever les stickers de mon casque. La vitesse est ralentie. Le bord de la route est jonché de cometics , il y a même , en plein milieu de rien , sur le bord de la route, un petit jardin très bien entretenu et annoncé au loin par 3 drapeaux qui sont raides comme un plywood tellement il vente. Un des drapeaux est vert blanc et ...rose! (wiki nous parle de cette tentative de faire de ce drapeau l’emblème de Terre Neuve)

 

THL+140.jpg

 

Nous faisons un petit croche dans Mary's Harbor: joli port de mer.

 

THL+146.jpg

 

Puis nous descendons vers Red Bay, avec notre première vue sur la mer où nous attend un beau iceberg.

 

THL+151.jpg

 

À Red Bay, nous visitons les deux musées et mangeons la meilleure soupe aux poissons que je n’ai jamais mangée (à 7,95$ de l’assiettée, elle avait affaire à avoir du goût---mais comme je le dis toujours quand on pense payer trop cher pour des choses qui chez nous coûtent moins cher: “Il faut payer pour la carte postale”)

 

Nous rencontrons deux riders qui arrivent de Terre Neuve et s’en retournent vers le sud via le Nordik Express..comme nous. Un des deux roule sur un Harley super classic heritage softail special vintage avec radio et hauts parleurs ....(je ne connais rien aux Harley) Le gars du Harley est gros comme un rayon de bicycle. L’autre a le bon goût de rouler sur un V-Strom avec des boîtes géniales (happy-trail.com)

 

Nous ferons le voyage bateau ensemble et échangerons des anecdotes de voyages d’un peu partout en Amérique du Nord

 

THL+167.jpg

 

THL+192.jpg

 

THL+203.jpg

 

THL+205.jpg

 

THL+246.jpg

 

THL+250.jpg

 

THL+255.jpg

 

THL+256.jpg

 

THL+258.jpg

 

THL+264.jpg

 

Le reste du voyage , (après arrivée à Natashquan) vers Québec reste sans histoire. Sauf que Geo, pour bien nous faire ressentir ce que fut la route du raid Caniapiscau, nous convainc, à La Malbaie, de prendre la Route des Montagnes (tellement belle) puis de traverser vers l’Étape via la réserve faunique des Laurentides. On prend les routes 62 et 17...sans devoir payer des droits de passage.

 

Gros stress que nous imposent ces 54 km: à deux sur un V-Strom 1000 très chargé, moto chaussée de Tourance un peu trop gonflés; on a passé proche de le perdre quelques fois. Même que la vis du garde chaîne ainsi que toute la fixation du poids de la poignée droite ont décidé de ne pas faire le voyage jusqu’au bout. Évidemment les deux bouteilles de bière dans le coffre arrière ont explosé de joie à faire le voyage avec nous..comme Dakarelle et Guy l’ont vécu.

 

4-temps sur la 62. Remarquez la gravelle lousse, comme sur la route du Nord et la Trans Taiga à plusieurs endroits. Les Tourance ne font plus la job dans ces conditions. Ce que nous avons rarement rencontré sur la TLH.

THL+274.jpg

 

Après ces petits 54 km, je réalise aujourd’hui l’importance de ce que les motards du Raid Caniapiscau ont réussi, chapeau messieurs

 

Textes :4-temps

Photos:Geo Autres photos sur : http://www.ridaventure.ca/gallery/v/Membre/Geo/TLH2011/

Aussi quelques traces GPS en format gdb dans le fichier joint.

Link to comment
Share on other sites

Après ces petits 54 km, je réalise aujourd’hui l’importance de ce que les motards du Raid Caniapiscau ont réussi, chapeau messieurs

Enfin, pas tous ! :-)

Beau voyage em0800

Link to comment
Share on other sites

Très beau récit de voyage, plaisant a lire.

Merci de nous faire rêver

Link to comment
Share on other sites

Bravo pour votre "ride report". Très intéressant à lire em0800 Ça va faire rêver juste avant de se coucher.... zwhat

Très belles photos et bon texte.

Un voyage qui surement vous fera faire de bons rêves longtemps :-)

Merci de la partager avec nous....

 

Bonne Ride!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.