Jump to content

Pat The Bouc en Afrique


Pat The Bouc
 Share

Recommended Posts

Salut tout le monde notre premiere journée sur la route en direction du parc Kruger que nous allons visiter demain avec une auto louée car il est interdit aux motos d'y pénétrer,trop dangereux de se faire bouffer. Première infraction U code de la route aujourd'hui 78 dans une zone de 60 et j'ai réussi a m'en tirer sans billet,ça commence bien les paysages ici sont magnifiques et les gens très gentils malgre que nous pensions débarque en pleine jungle, pour ce qui est de l'Afrique du Sud ce n'est pas du tout la réalité. Nous n'ecrivons pas souvent car l'Internet date de l'époque des dinosaures.

A+

Link to comment
Share on other sites

cut & paste de leur blog

 

http://www.sur2roues.blogspot.com/

 

lundi 28 mars 2011

Premières expériences

Depuis notre dernière inscription, nous avons eu notre première randonnée dimanche, comme prévu, avec les amis de Michelle et Andrew. Au matin, à 6 h, le ciel est tout plein de gros nuages, mais comme nous sommes tous de vrais bikers, pas de problèmes, le départ a lieu a 7 h. A peine quelques kilomètres plus loin, évidemment la pluie se met à tomber. On se rend au resto à quelques 60 km, on arrête dans un gros marché Africain, et hop, sur le chemin du retour. À peine avons nous fait environ 20 km que la moto se met à vibrer !!! Ah non, une crevaison ! Il pleut des cordes et il y a de la boue sur le bord de la route, une couleur rouge comme celle au Moab ! Moi qui m'était éreintée a frotter le "suit" de moto de Pat pour qu'il ait l'air d'un neuf, voilà qu'à la première randonnée, il est tout taché de boue rougeâtre !!! Alors, nos nouveaux amis, Chris et Mélanie, qui nous suivaient, arrêtent pour nous prêter main forte. Tout est réparé et on repart, trempés par la pluie, mais Pat est trempé de sueurs !!!! Il en a forcé un bon coup.

 

Ce matin , c'était le vrai départ à l'aventure car nous quittions notre "famille d'accueil". Nous avions le coeur un peu triste de les quitter, mais je dois avouer que nous étions prêts pour l'aventure. Depuis le temps que l'on attendait ce jour. Toutefois, nous avons dit à nos hôtes combien nous les avons trouvés accueillants et merveilleux. Samedi encore, Andrew a dû réparer une fourche de la moto de Tom, car elle perdait de l'huile. Très dévoué.

 

Donc, ce matin en route pour Karula Hôtel, White River. Tout près de là, il y a un gros parc national où nous pouvons voir de près tous les animaux sauvages. Nous louons une auto, et demain 5h c' est le départ pour être là à l'aube, carc'est à ce moment que nous avons le plus de chances de voir les animaux de près.

 

Sur le chemin qui nous amenait ici, Andrew nous avait prévenu qu'il y avait un poste de péage assez cher, 40$, et qu'il était possible de ne pas payer, en se faufilant derrière un gros camion, dans un angle mort !!!! Et que personne ne nous pourchasserait. Aurait pas fallu dire ça à Pat... Vous savez sûrement ce qu'il a fait ? Ben oui, il a passé sans payer, et Tom a suivi, bien évidemment... Je vous dis que mon Indiana Jones a de la testostérone dans le sang

ces jours-ci. Mais le plus drôle, c'est que le prix était 40 Rand, ce qui équivaut à environ 6 $ ! Et, effectivement, il n'est rien arrivé.

 

La route très panoramique que nous avons faite aujourd'hui était vraiment l'Afrique dans toute sa splendeur ! Les montagnes, les routes en serpentin, les odeurs d'humidité et de chaleur (32 C) WOW ! En arrivant près d'un petit village, barrage routier, on nous fait signe de se coller sur le bord de la route. Le policier nous dit que nous allions trop vite : 80km dans une zone de 60 km. Patrice se croise les mains et avec un regard triste dit au policier qu'il ne savait pas que la vitesse était de 60 et nous venons juste d'arriver en Afrique, et nous venons du Canada... Et bla, bla, bla... Le policier dit Oh yes Canada...o.k., Canada....have a good trip ! Et Pat de dire : pas pire comme première journée.

 

Maintenant, nous relaxons au Karula Hôtel, jusqu'à demain pour notre premier safari ! Nous vous donnerons possiblement d'autres nouvelles demain, si internet fonctionne, bien évidemment.

 

Bye bye et à plus !

Link to comment
Share on other sites

Enfin des nouvelles et je cite:

http://www.sur2roues.blogspot.com/

 

 

Bonjour à tous,

 

Je sais, je sais, cela prend du temps pour vous envoyer des nouvelles, mais nous n'avons pas toujours accès à internet. Alors, voici un récit des derniers jours.

 

Mardi, 29 mars - beau et chaud, 32 C.

 

Ce matin, nous partons pour le parc. Levée du corps à 4h45 pour se préparer et ramasser nos boîtes à lunch pour quitter l'hôtel à 5h30. Nous avons 35 minutes de route à faire avant le parc et nous voulons être dans les premiers, très tôt le matin, car la vie prend son élan et nous avons plus de chances d'aperçevoir les animaux.

 

Il fait super beau ! En arrivant, nous roulons lentement et regardons partout avec les yeux grands ouverts excités à l'idée de ce que nous pourrions voir. Nous roulons pendant des kilomètres avant de voir, au tournant d'un sentier, 2 magnifiques girafes ! Elles nous regardent et reste là au milieu de la route, comme si elles voulaient nous donner le temps de prendre quelques photos, ce que nous nous empressons de faire. Quelques kilomètres plus loin, c'est au tour des koudous (famille des antilopes) de nous donner un spectacle : elles jouent et se frappent les cornes à la façon des chèvres. C'est beau ! Et encore des kilomètres à rouler sans voir le moindre animal. Nous arrêtons pour prendre notre boîte à lunch dans le coffre de la voiture, car il est maintenant 9h et nous sommes debout depuis 4h45, et nous n'avons rien pris, donc la bouffe est un must ! Nous ne sommes pas supposés sortir de la voiture, ailleurs que dans les aires de repas, endroit spécialement prévu à cettefin. Mais, comme nous sommes encore loin d'un tel endroit, je décide de sortir de la voiture et demande aux gars de surveiller les prédateurs !

 

Nous continuons notre route et tout à coup, nous voyons des éléphants : ils sont un peu loin, mais tout de même ! Et nous apercevons des hippotames et de petits singes ! Une raison pour Tom de visiter ce parc était entre autres pour voir des lions, mais aucun signe de ces bêtes ! À la sortie du parc, on nous avise que ce n'est pas la saison pour les lions !!!

 

Il fait une chaleur étouffante et l'humidité est suffocante. La température doit être d'environ 35 C, et nous sommes fatigués et tannés. La journée nous semble longue. Il est 14h et j'ai l'impression que nous sommes dans cette voiture depuis des dizaines d'heures... On regrette un peu cette aventure. Je crois que nous voyons plus d'animaux au Parc Safari de Hemmingford ! Nous revenons à l'hôtel vers 16h30 et il a de gros nuages qui couvrent le ciel. Ce n'est pas surprenant, avec l'humidité qu'il y avait dans l'air aujourd'hui !

 

Finalement, l'orage éclate ! Tonnerre, éclairs et une pluie tropicale comme je n'en ai jamais vue, le tout accompagné de vents violents...et l'électricité est coupée.

 

Mercredi, 30 mars - Beau, ciel sans nuages et 30 C

 

Le lendemain matin, il n'y a toujours pas d'électricité. Il y a des branches tombées un peu partout et un arbre est tombé sur une voiture dans le stationnement. Heureusement, les motos sont intactes. On demande au personnel s'il s'agit d'un orage normal pour l'Afrique. On nous répond : non, on a eu peur de mourir !

 

Après le déjeuner, on quitte pour le Mozambique. On roule en montagne sur de belles petites routes de campagne, bordées de végétation de toutes sortes. Vous savez l'odeur qui se dégage de la terre après la pluie, alors imaginez après une quantité abondante, la terre est gorgée d'humidité et les nombreuses plantes tropicales garnies de fleurs nous soufflent un parfum qui embaument nos narines. Hum, que ça sent bon l'odeur de l'Afrique !

 

Le ciel est d'un bleu pur, sans nuages, et même à 9 h du matin, la chaleur commence à se faire sentir. Il fait déjà 28 C. On traverse les douanes du Mozambique sans trop de problèmes, malgré le fait que nous devons avoir un Visa. Alors, photo, empreintes digitales, 60 $ chacun et 10 $ pour la moto et nous voilà prêt à emprunter les routes qui serpentent les montagnes, toujours à la campagne. À un moment donné, Patrice arrête...on ne voit plus Tom ! On attend quelques minutes et tout à coup le voilà. Il s'était arrêté sur le bord de la route pour prendre une photo de rhinocéros ! Un peu plus loin, c'est à notre tour de ralentir...pour laisser la route à quelque 6 singes qui traversent la route en sautillant. Arrivés à leur hauteur, le dernier nous jette un regard perçant avant de s'enfuir dans les buissons. Vraiment amusant !

 

Nous avions prévu coucher à Maputo, finalement après un arrêt et un regard sur nos cartes routières, nous décidons de continuer et de traverser au Swaziland à environ 150 km d'où nous sommes. Il est 14h45, alors go ! Arrivés à la frontière à 16h30, quelques minutes suffisent et quelques tampons et nous voilà près à repartir. Il nous faut trouver un endroit pour dormir avant la noirceur, car pas question de rouler la nuit. Dans un petit village, on voit l'annonce d'une Réserve. On s'y rend et il y a un camping. Parfait, on signe : ce sera notre première expérience de camping. Alors, le gardien nous donne une carte pour nous indiquer le chemin ! Pourquoi, ce n'est pas ici ? Non, vous devez faire 5 km dans un sentier pour vous rendre dans la brousse ! O.K. Y a-t-il d'autres campeurs ? Non, nous sommes les seuls ! O.K. Y a-t-il des animaux sauvages, comme des lions ? Non, qu'il nous répond, mais il y a des hippopotames et des crocodiles, mais ils restent près du ruisseau, habituellement ! O.K. Il y a des girafes et des hyènes, mais si vous faites un feu, ça devrait tenir les hyènes loin. Ah bon ! Y a-t-il des serpents ? (Tom et moi avons la phobie des reptiles...). Oui, et il nomme 5 sortes de serpents venimeux, mais je retiens seulement le premier : cobra ! Bon, ben allons-y car il est maintenant 17h35 et la noirceur commence à 18h15. En franchissant la barrière, on voit la belle enseigne : ATTENTION AUX CROCODILES ! Ça commence bien ! En arrivant à l'emplacement du camping, il y a environ 15 koudous (famille des antilopes), et 2 cochons sauvages qui fuient dès notre arrivée. C'est la vrai nature. Je regarde Tom et lui dit : wow que c'est beau, mais il me regarde avec de grands yeux et me fait signe de regarder à droite. Je tourne la tête et à moins de 20 pieds de nous se tient une immense girafe ! Elle nous regarde curieusement l'air de dire : mais qu'est-ce que vous faites dans ma cour ? Elle se retourne lentement et va son chemin dans les buissons. Nous devons accélère le rythme, car il est déjà 18h . L'employé du camping arrive en camion et vient nous porter de l'eau à boire, un fanal et il allume le chauffe-eau pour que nous ayons de l'eau chaude pour prendre une douche. Au moins, même en pleine jungle, nous avons le principal : douche et toilette ! Cela est assez spécial d'aller prendre sa douche en pleine noirceur, dans la jungle, avec comme seul éclairage, un fanal !

 

En soirée, je regarde le ciel : Wow, incroyable! Il y a des millions d'étoiles ce soir et nous avons l'impression qu'en étirant un peu les bras, nous pourrions toucher la voie lactée ! L'effet est absolument incroyable. C'est la deuxième fois que je vis cette expérience, la première étant lors du Rallye des gazelles au Maroc ! Et il fait encore 28 C à 20h30 ! Wow et re-wow !!!!

 

Jeudi, 31 mars - Encore beau et chaud 28 C

 

Après une bonne nuit, sans que rien ne vienne perturber notre sommeil, on reprend la route et revenons en Afrique du Sud, en direction de Durban. Le long des routes, c'est absolument fascinant de voir tous les arbustes et toutes les fleurs bordant les côtés des routes. Incroyable, à voir tant de beauté, quelques fois je me sens toute drôle, assise là derrière mon amoureux, roulant à moto, parcourant l'Afrique. Comme la vie est belle ! Nous traversons les douanes sans problèmes pour revenir en Afrique du Sud; toutefois, ils ont refusé cette fois-ci de mettre le tampon d'entrée dans le carnet de la moto. Pat a tout essayé, rien à faire ! Nous espérons que nous n'aurons pas de problèmes à la sortie.

 

Nous roulons sur une grande route principale, bordée de chaque côté par des plantations de canne à sucre. Parfois, nous traversons de petits villages où les gens travaillent à leur plantation. nous arrivons à St. Lucia, petit village sur le bord de la mer. Au motel où nous logeons, nous rencontrons un motocycliste de l'Angleterre : Dominic Giles. Il écrit ses récits sur ADVriders. Patrice et Tom l'avait rencontré l'été dernier à une rencontre de Horizons Unlimited à Nakusp en Colombie-Britannique. Que le monde est petit ! il fait le même voyage que nous...nous le reverrons sûrement ailleurs pendant notre périple.

 

Vendredi, 1er avril - Beau et chaud 28 C

 

Après un bon déjeuner partagé avec Dominic, nous quittons pour nous rendre à Richards Bay. nous arrêtons dîner à notre premier McDonald's. Nous trouvons un beau camping Sur le bord de la mer. La vue est magnifique. Aussitôt le campement installé, on enfile les maillots et hoap ! Dans la piscine. La mer est très agitée et on ne se sent pas assez braves pour s'y aventurer. Seulement se tremper les pieds dans l'Océan Indien nous suffit ! il est 13 h et la température atteint 32 C à l'ombre.

 

C'est assez fascinant de constater à quel point tout est protégé ici en Afrique. Les résidences ont toutes des clôtures avec des barbelés sur le dessus, plusieurs ont des clôtures avec systèmes d'alarme. Le camping est barricadé par de grosses clôtures, protégé par un système de serrures comme dans les prisons; il y a même des agents de sécurité.

 

Sur le camping, il y a plein de petits singes. je prends des photos. Ils sont très drôles à regarder.

 

Fin p.m., il fait encore 28 C... Nous allons en ville, souper sur une terrasse, sur le bord de la mer.

 

Au retour au camping, il fait si beau et chaud, que Pat et moi se rendons sur le bord de l'eau s'asseoir pour regarder la mer et les bateaux au loin, attendant chacun leur tour pour venir au port, décharger leur cargaison. Le ciel est encore tout étoilé ! Tout est calme et le seul son que l'on entend est le ressac de la marée. Je prends la main de mon amoureux et lui dit à quel point je me considère privilégiée de vivre une telle aventure...les larmes me brouillent la vue et il me serre fort dans ses bras. Que demander de plus à la vie par cette belle soirée.

 

Samedi, 2 avril - Beau et très chaud 30 C

 

Départ du camping à 7 h, direction Durban. Pendant près de 3 h, impossible de trouver un resto pour déjeuner. Finalement, de kilomètre en kilomètre, nous nous rendons à Durban, plein centre-ville, beaucoup de circulation en ce samedi matin. Nous nous empressons de ressortir pour reprendre la route et se rendre à Himeville. De là, nous irons demain traverser les montagnes par un sentier hors-route appelé Sani-Pass.

 

Sur la route se rendant à Himeville, vers 13 h, les nuages s'accumulent et le ciel devient noir ; le tonnerre et les éclairs nous jouent une symphonie ! Vite un arrêt pour mettre nos doublures : On arrêtait 2 minutes plus tard et on se faisait mouiller comme des canards ! Bang gros coup de tonnerre et c'est le déluge...pour environ 5 kilomètres; tout de suite après, la pluie cesse et les nuages se dispersent vers la direction que nous allons. Arrivés à Himeville, nous trouvons un beau petit B & B, d'inspiration Hollandaise. Magique : nous avons la maison d'invités à nous tout seul ! À peine sommes nous rentrés qu'un autre orage éclate : tonnerre, éclairs, vent et une pluie torrentielle ! Vraiment, nous avons Mère Nature de notre bord ! L'orage dure 1 heure, le temps pour nous de relaxer et de prendre une douche avant d'aller souper à l'hôtel du village.

 

Dimanche, 3 avril - Frais 22 C - Nuages

 

Levée du corps à 6 h et hop, on se prépare pour partir tôt pour faire le sentier "Sani Pass". À peine avons nous fait 30 minutes de route que le soleil perce les nuages et se montre le bout du nez. C'est magnifique car il y a une brume au sommet des montagnes. On dirait bien que nous ferons l'ascension sous le soleil, Tom est très soulagé, car avec toute la pluie tombé hier, il craignait qu'aujourd'hui serait son dernier jour sur terre ! Il s'agit d'une route très difficile s'étirant sur plus de 37 km pour se rendre au sommet à 2 859 Mètres d'altitude. Tout là haut, il y a le "Highest Pub in Africa", où nous prendrons sûrement un déjeuner bien mérité.

 

La montée se fait sans trop de problèmes : pour environ 25 km, c'est du "bon hors-route"; sur environ 8 km, le degré de difficulté augmente et Tom lui, ralentit ! Les roches sont de plus en plus nombreuses et les crevasses plus creuses. Et finalement, les derniers kilomètres sont considérés, selon Pat, comme du "hors-route" assez extrême, car en plus de la complexité du parcours, il faut tenir compte de l'inclinaison de la montée à plus de 35 degrés. Tom tombe une première fois dans une courbe assez prononcée, parsemée de gros cailloux et qui monte abruptement. Patrice redescend pour relever la moto et la remonter pour ce passage difficile, car Tom n'y arrive pas. Par contre, Tom doit monter à pied, bien évidemment, et l'altitude lui donne beaucoup de difficulté à respirer. Nous sommes à environ 2 500 mètres. Il est rouge comme un coq et souffle difficilement. On lui dit de prendre son temps et de s'asseoir sur une roche le temps de reprendre son souffle. Et on l'encourage en lui disant qu'on est presque arrivés au sommet; encore quelques kilomètres et on y est ! Mais il tombe une deuxième fois, à presque 500 mètre de l'arrivée. Finalement, il est très content de l'avoir réussi.

 

Au sommet, nous devons passer une frontière, car le pub se trouve au Lesotho, et nous redescendons les montagnes de l'autre côté vers Ficksburg, en Afrique du Sud.

 

La suite plus tard...

 

Tout se déroule à merveille jusqu'à aujourd'hui ! Nous allons vous mettre des photos sur le Blog bientôt.

 

Nous sommes rendus a Jeffries Bay, en route pour Cape Town, où nous resterons quelques jours.

 

À bientôt.

Link to comment
Share on other sites

Génial !

C'est fou cette propension qu'ont les grands voyageurs à se rencontrer un peu partout comme toi tu croises les gens de ton quartier un peu plus loin dans ta ville... de tels exemples ne manquent pas dans la littérature sur le voyage... on ne vit pas à la même échelle ! (et ce n'est pas faute d'essayer!!)

zrockn_roll

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Nous sommes présentement au Zimbabwe aux célèbres chutes Victoria que nous visiterons demain matin,tout se déroule bien et nous allons essayer dans les prochains jours d'obtenir les visas de l'Ethiopie et du Soudan.

Bon été a tous et nous essaierons de mettre le blog a jour quand l'internet sera disponible.

A+

Link to comment
Share on other sites

Les chutes Victoria, certainement un grand moment dans votre périple zunhappy j'ai hâte d'avoir vos impressions.J'espère que Tom va mieux et vos nouvelles font toujours plaisir.PS:C'est cool de nous souhaiter un bel été, mais ici ce n'est que le printemps tu sais,on fait avec ce qu'on a,que veux tu zmisdoubtzsurprise

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...
  • 3 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.